Article - Angélique

Et si la mort n'existait pas ?
 
statue d'ange

Est le titre d’un article que j’avais co-écrit en février 1994 pour la revue « Faim de Siècle ». Je souhaitais redonner aux gens, de la force intérieure, de la sérénité pour réussir leur vie, surtout au milieu des difficultés. J’avais insisté pour écrire sur ce sujet. La rédaction m’opposait l’argument que l’attrait de l’Au-Delà pouvait inciter certains lecteurs à désirer passer de l’autre côté. Je pensais, au contraire, que ce sujet incontournable puisqu’il nous concerne tous, pouvait nous redonner une forte envie de vivre et de s’accomplir pleinement.

Tout était parti de trois évènements différents. Le premier était dû à une expérience ineffable, vécue à l’âge de 13 ans. Le second provenait de ma lecture du livre de Patrice Van Eersel « La Source Noire » qui est une enquête sur les états vécus par les experiencers. Le troisième venait des expansions de consciences que j’ai faites avec un médecin, sur la mort. Le plus important était l’après-mort, l’accueil par un guide et le choix d’apprentissage pour la vie suivante.

 

Depuis, l’attrait pour reconnaitre et comprendre le phénomène des EMI, s’est amplifié et s’est organisé de manière exponentielle sur toute la planète. Le Docteur Raymond Moody, psychiatre américain, a rassemblé plus de 300 témoignages dans son livre « La Vie après la Vie ». Précurseur, il a accompagné cet essor et a récemment publié « l’Evidence de l’Après Vie » (éditions Guy Trédaniel), avec le neurochirurgien Eben Alexander. En 2008, celui-ci a vécu une EMI, suite à un coma. Il a raconté le récit de son périple dans l’Au-Delà, dans son livre « La Preuve du Paradis » puis a livré ses réflexions dans « La Carte du Paradis ». Le processus du voyage de l’âme présente des similitudes troublantes au cours des époques, pour les experiencers.

 

Et les scientifiques se sont emparés de la question. Pourquoi ne l’ont-ils pas fait avant ? Selon le scientifique Stephan A. Schwartz, la cause remonte au Concile de Trente, qui a eu lieu de 1545 à 1563, au tout début du mouvement de La Réforme. Selon lui : « l’Eglise Catholique Romaine a décidé de définir son domaine et a déclaré que ce serait d’étudier ce qui est lié à l’âme. La science, qui venait d’apparaître,  pouvait s’occuper de tout ce qui concernait l’exploration du monde physique. A l’heure actuelle où l’avis du groupe a plus d’influence que les faits collectés, certains scientifiques se tournent vers un autre paradigme qui tient compte de ces nouvelles données. Cela nous donne le Postmatérialisme. »

 

Le chef de file de ce mouvement se nomme Mario Beauregard, chercheur en neurosciences, il a regroupé des scientifiques visionnaires en physique, cosmologie, biologie, neuroscience, médecine, psychologie et parapsychologie. Ensemble, ils ont fondé l’Académie pour l’avancement des Sciences Postmatérialistes et viennent de mettre en ligne le premier film d’une trilogie : « Expanding Reality » www.expandingrealitythemovie.com qui expose les réflexions liées à leurs recherches.

Il s’agit d’une nouvelle manière de voir le monde qui s’appuie notamment sur le fait que l’Esprit est un élément primordial, autant que la matière, l’énergie et l’espace-temps.

 

Côté français, Jean Staune, essayiste et chercheur a fondé l’Université interdisciplinaire de Paris dont les intervenants permettent d’ouvrir sur une synthèse des implications métaphysiques de la science contemporaine.

 

Mais alors qu’en est-il de la mort ? N’est-elle tout simplement qu’un changement de réalité ? C’est ce que raconte le Docteur Jean-Jacques Charbonnier, médecin anesthésiste-réanimateur, dans son livre « Cette Chose » il raconte comment sa vie a changé d’orientation, lorsqu’il a recueilli le dernier soupir d’un accidenté. Des années plus tard, il a publié « les 7 bonnes raisons de croire à l’Au-Delà » aux éditions Guy Trédaniel. Il s’est appuyé sur les expériences de Transcommunication Instrumentale du Père Brune pour proposer une expérience de Transcommunication Hypnotique, qui permet de vivre sous hypnose les états modifiés de conscience liés à une EMI.  Il livre les témoignages ébouriffants de ses premières séances dans son récent ouvrage « Contacter nos Défunts par l’Hypnose » chez Guy Trédaniel, apaisant ainsi les angoisses du deuil et permettant d’aborder la vie différemment.

Réaliser que la Mort n’est qu’un passage au-delà du temps puisque notre conscience humaine fait partie intégrante de la Conscience, nous permet de vivre pleinement et intensément le moment présent, selon nos choix d’incarnation.

Angélique

Article publié dans le magasine Parapsy 2018